Un sujet que les femmes, qui souhaitent allaiter, redoute le plus souvent mais il n’y a rien d’insurmontable et le fait de s’informer permet dans la plus part des cas d’y remédier.

Pour rappel, BBLetché vous apporte des informations généralistes, nous vous conseillons grandement d’en parler avec un professionnel de santé (dans l’onglet soutient à l’allaitement) et ainsi avoir des conseils personnalisés.

Pour bien appréhender l’engorgement, il est important de s’intéresser au processus de l’allaitement afin de mieux comprendre les changements de notre corps:

Le colostrum et la montée de lait 

Que vous souhaitiez allaiter ou non, avant même votre accouchement votre corps va secréter des hormones, c’est un processus naturel qui permet la création du colostrum dans votre poitrine. Celui-ci permettra de nourrir votre enfant avant la montée de lait.

De couleur jaune orangée, épais, celui-ci est très riche. Il est composé de vitamines, minéraux, protéines  et d’anticorps indispensables à l’immunisation du nouveau-né, par contre il est pauvre en sucres.

Les types d’anticorps rencontrés dans le colostrum dépendent des agents infectieux auxquels la mère a été exposée durant son existence, soit naturellement, soit par vaccination, ainsi l’enfant possédera la même protection que sa maman. Le nouveau-né est capable d’absorber, de façon passive, les anticorps dans les premiers temps après la naissance tant que la perméabilité des cellules intestinales permet de laisser passer ces grandes molécules. Par la suite les anticorps sont détruits au cours du processus de la digestion. Cette transmission ne peut pas se faire durant la gestation car le placenta n’est perméable qu’aux Immunoglobuline G (une classe de molécules anticorps).

Ainsi les nouveau-nés nourris au sein sont mieux immunisés que ceux nourris au biberon. Le colostrum est aussi considéré comme le premier aliment après la naissance et aucun produit actuellement ne peut le remplacer.

Lors de la naissance et suite à la première mise au sein, l’allaitement va se mettre en place. Durant les 5 premiers jours, un lait va remplacer le colostrum. C’est ce qu’on appelle la « montée de lait« . Concrètement, des changement physique vont se passer pour vos seins : ils vont gonfler et devenir plus durs et sensibles (plus ou moins en fonction des femmes). Ce changement peut être accompagné d’une poussée de fièvre et de sensations pas toujours très agréables. La solution la plus efficace est de mettre son bébé au sein régulièrement. En plus de nourrir son enfant et de l’aider à sa prise de poids (indispensable pour avoir l’accord des sage-femmes pour rentrer chez soi) cela offre deux autres avantages pour la maman : favoriser la production de lait et éviter les engorgements.

Quand peut apparaître un engorgement ?

L’engorgement peut arriver durant deux phases : durant la monté de lait (dès les premiers jours) ou plus tard lors de l’espacement entre les tétées.

Mais c’est quoi l’engorgement ?

L’engorgement c’est la congestion des vaisseaux sanguins autour de la glande mammaire et qui peut former un œdème. Les conséquences sont une tension dans les tissus de l’aréole qui se durcissent et qui empêche (ou limite) la téter de votre enfant. (ça peut devenir douloureux).

Attention à ne pas confondre l’engorgement avec une congestion mammaire. Les symptôme sont très proche mais les causes différentes. La congestion mammaire est dû à un débit sanguin démultiplié avec le bouleversement hormonal qui suit l’accouchement. Celle-ci est très souvent accompagné d’œdème sur le visage, et le gonflement d’autres tissus. Il existe aussi des solutions qui permettent de soulager. Je vous invite de nouveau à consulter des spécialistes pour être accompagnées et ainsi soulager rapidement votre congestion mammaire ainsi que votre engorgement.

Quels sont les symptômes de l’engorgement ?

Chaque femme est plus ou moins sujette aux engorgements et sa propre sensibilité diffère (ce qui peut amener plus ou moins de douleur).

Les premiers symptômes sont une sensation de « trop plein » avec une sensation de douleur dans les seins (ça peut être que sur un seul sein !). Cette douleur est dû à la tension qui s’accumule avec votre production de lait ce qui entraîne une rétractation du mamelon et empêche votre enfant de bien téter malgré sa bonne volonté. Plus vous vous en apercevez tôt, plus il sera simple d’y remédier et ainsi limiter l’inflammation. Dans certain cas, il peu y avoir aussi une montée de fièvre (38°C).

Comment remédier et prévenir l’engorgement ?

La méthode la plus efficace (et en plus c’est simple!) est de masser le sein et ainsi de résorber l’œdème pour libérer de la compression les canaux lactifères. Une aide du papa est conseillée, déjà pour accompagner la maman et qu’elle ne se sente pas seule durant cette épreuve et aussi pour que le massage soit plus efficace. Messieurs, soyez à l’écoute de votre compagne pour exercer votre massage avec une pression adéquate, une huile (la plus naturelle possible, ne pas prendre d’huile essentielle qui pourrait aller dans le lait sans un avis de professionnel) permet d’augmenter l’efficacité de celui-ci. Pour repérer les zones engorgées, une sensation « granuleuse » est détectable sous les doigts et qui disparaît durant un massage efficace.

Voici quelques massages pour optimiser le drainage des seins :

  • Le massage de l’aréole : avec le bout des doigts, faire des mouvements circulaires autour de l’aréole pour détendre les tissus.
  • Le massage des seins avec trois mouvements à pratiquer :
    • placer le pouce et l’index de chaque côté de l’aréole et tirer vers le sein pour bien dégager le mamelon ;
    • ensuite, faire légèrement rouler le mamelon sous les doigts avec des pressions de bas en haut à la base de l’aréole ;
    • enfin, pincer l’aréole, toujours avec le pouce et l’index pour déboucher le canal lactifère et extraire le lait.
  • Le massage de la zone tendue par mouvements circulaires des doigts.

Pour prévenir, soulager l’engorgement et aider votre poitrine à passer ce cap, il existe un accessoire très efficace : le coussinet apaisant. Chaud avant la tétée pour détendre le sein et froid après pour raffermir le sein et le soulager. Celui-ci est disponible dans les coffrets BBLetché Tranquillité et Sérénité.

Pour conclure, la meilleur prévention de l’engorgement est de donner son sein régulièrement. La stimulation fréquente et régulière du sein va fluidifier le drainage du lait et du sang dans le sein. Un accessoire est indispensable lors de l’engorgement d’un sein est l’utilisation d’un tire lait (manuel ou électrique) que vous trouverez dans le coffret Sérénité. C’est idéale pour « vider » un peu son sein avant la tétée et ainsi permettre à l’enfant de bien prendre le sein en bouche et éviter des douleurs supplémentaires. Deux autres précautions sont à prendre :

  • l’alternance de sein à chaque tétée de l’enfant et ainsi stimuler les deux seins régulièrement.
  • Bien choisir la taille de son soutien-gorge pour que celui-ci ne soit pas trop serré (ce qui amène le risque de bloquer la circulation sanguine)

Nous espérons que ce billet vous a éclairé et vous permettra de mieux appréhender l’engorgement. Je me répète mais n’hésitez pas à contacter un professionnel de santé pour que vous ayez un conseil personnalisé. N’hésitez pas à nous donner vos « trucs et astuces » qui vous ont soulagé.

LOGO 1